Centres-villes vivants

La Métropole du Grand Paris a pour mission d’améliorer la vie quotidienne de ses habitants. L’appel à projet innovant « Centres-Villes Vivants » permet d’accompagner les communes métropolitaines volontaires dans leurs projets de revitalisation des centres-villes

Face à une dégradation de la fréquentation des centres-villes, une augmentation inquiétante de la vacance commerciale et une dégradation du parc de logements qui touche principalement les villes moyennes, la Métropole du Grand Paris s’est engagée au côté des maires en faveur de la préservation et du renforcement des services et commerces de proximité, de l’amélioration des lieux de vie, du rééquilibrage territorial et du développement des innovations urbaines.

 

Un groupe de travail pour agir

Dès le printemps 2017, un groupe de travail réunissant diverses parties prenantes du territoire (maires ou leurs représentants, agences d’urbanisme, chambres consulaires, établissements et opérateurs de l’Etat et autres acteurs des centres-villes) a été installé afin de réfléchir aux modalités d’intervention de la Métropole pour aider les communes volontaires à revitaliser leurs centralités.

Ce groupe de travail s’est réuni à quatre reprises pour évoquer les thèmes suivants et élaborer un avis :

– « Qu’est-ce qu’un centre-ville vivant ? » ;

– « Quels outils la Métropole doit-elle mettre en place pour aider les communes qui souhaitent revitaliser leurs centres-villes ? » ;

– « Quels appels à projets pour contribuer à revitaliser durablement les centres-villes ? » ;

– Réunion de clôture.

Le « pacte métropolitain pour la revitalisation des centres-villes », présenté en Janvier 2018, s’est appuyé sur les conclusions du groupe de travail pour définir la stratégie métropolitaine, assise sur 3 axes :

  • Coordonner l’intervention des différents partenaires institutionnels.
  • Améliorer la connaissance des situations des centres-villes et des polarités sur le territoire.
  • Construire un partenariat de projets avec les communes volontaires via un contrat métropolitain de développement.

Cette stratégie implique une stratégie transversale, conciliant diversité économique, aménagement et espace public, équipements publics, places de stationnement, culture et animation, ainsi que logement et habitat (renouvellement, diversification et requalification). Cela nécessite également une stratégie globale associant tous les acteurs, publics comme privés, commerçants, associations, services techniques, bailleurs, copropriétés privées… La méthode retenue consiste à coordonner l’intervention des différents partenaires institutionnels afin de simplifier les démarches des communes, à améliorer la connaissance des situations des centres-villes et des polarités sur le territoire, et à construire un partenariat de projets avec les communes volontaires.

Le programme « Centres-Villes Vivants » vise à fédérer l’ensemble des acteurs métropolitains, privés comme publics, et à favoriser la mise en réseau, l’échange de bonnes pratiques et la mobilisation d’expertises.

 

L’appel à manifestation d’intérêt

Doté d’une enveloppe de 5 millions d’euros pour l’année 2018, le Fond d’Intervention Métropolitain pour le soutien à l’Artisanat, aux Commerces et aux Services (FIMACS) subventionnera une dizaine de lauréats parmi les 55 communes candidates à l’Appel à Manifestation d’Intérêt (AMI) « centres-villes vivants ».

Afin de favoriser la coopération de l’ensemble des acteurs, des contrats métropolitains de développement « Centres-Villes Vivants » seront élaborés avec les communes lauréates de l’AMI, les EPT concernés et les différents partenaires. Un évènement dédié réunira les villes lauréates, les futures partenaires des contrats métropolitains de développement et le réseau « Grand Paris Métropole tech » en lien avec la revitalisation des centres-villes. Le suivi et la mise en œuvre des projets de revitalisation retenus dans le cadre de l’AMI sera réalisé par un observatoire métropolitain des centres-villes.

Aujourd’hui, la phase de sélection de la dizaine de lauréats est en cours. Elle est constituée de trois étapes :

  • Un comité consultatif pour sensibiliser les membres du comité technique aux enjeux du programme.
  • Un comité technique pour évaluer la solidité des dossiers et la cohérence du projet au regard des objectifs et des critères du Programme « centres-villes vivants ».
  • Un comité de sélection qui prendra en compte tous ces éléments, ainsi que l’enjeux de rééquilibrage territorial au cœur de la problématique de revitalisation des centres-villes.