Définir un système de protection des inondations grâce aux protections locales et aux aménagements du bassin versant de la Seine

Se protéger contre les inondations c'est pouvoir agir localement mais également sur l'ensemble du bassin versant de la Seine.

Les digues, protections locales

La protection de la Métropole du Grand Paris contre les inondations est notamment assurée par un ensemble de plus de 100 km de digues et murs anti-crue, aujourd’hui gérées par différentes entités. Conformément à la réglementation, la Métropole du Grand Paris a entamé une étude visant à connaître l’état précis de ces ouvrages, vérifier leur efficacité face aux crues et définir un objectif de protection à atteindre sur son territoire. En parallèle des actions de surveillance et de confortement des digues sont menés. Pour l’année 2019, près de 600 000 euros auront été consacrés à ces missions.

La régulation des débits

Dès 2016, la Métropole du Grand Paris a permis de finaliser le financement de la réhabilitation de la vanne secteur de Joinville en apportant 250 000 euros. Les travaux d'un montant de 3,6 millions d'euros ont permis de remettre en fonctionnement une vanne qui , en dérivant une partie des eaux de la Marne dans un canal, permet d'abaisser la hauteur d'eau en cas de crue, et mieux protéger ainsi 15 communes du Val de Marne et de Seine-Saint-Denis.

Le casier pilote de la Bassée

Le site pilote constitue une première étape expérimentale d’un aménagement global de stockage des eaux de la Seine en cas de crue allant de l’Yonne à l’amont de la Métropole. Il est implanté dans le Département de Seine-et-Marne et représente une surface de 372 ha avec une capacité de stockage d’environ 9 millions de m3 pour une protection attendue de l’ordre 8 centimètres à Paris. Le Conseil métropolitain, en partenariat avec l’EPTB Seine Grands Lacs, s’est engagé dès juin 2018 à apporter 5,2 millions d’euros aux premières étapes du projet. Le coût global de l’opération est estimé à 115 millions d’euros et devrait s’achever fin 2023 avant les Jeux Olympiques et Paralympiques 2024. La Métropole du Grand Paris participera à hauteur de 30 %.

La protection amont

Aujourd’hui, ce sont non seulement les quatre grands lacs réservoirs gérés par l’EPTB Seine Grands Lacs qui participent à la protection du périmètre métropolitain, mais également toutes les actions, en amont du territoire, sur le bassin versant de la Seine. Dans ce cadre, le Conseil métropolitain du 21 juin 2019 s’est prononcé, dans une logique de solidarité amont-aval, à travers la Charte d’engagement en faveur des projets visant à restaurer ou optimiser des zones d’expansion des crues. La Métropole du Grand Paris a, dans cette même logique, également créé en 2019 un fonds de solidarité d’indemnisation doté d’1 million d’euros pour les exploitants agricoles victimes des inondations qui ont eu lieu en 2018.

Rendre le territoire plus résilient, vivre avec l’eau

La Métropole du Grand Paris veut accompagner et développer des quartiers et des réseaux plus résilients face aux risques d’inondation. Elle a signé en juillet 2018 la Charte d’engagement « Concevoir des quartiers résilients ». Elle accompagnera les communes concernées dans leur démarche de résilience afin de consolider la fonctionnalité de certains quartiers en cas de crue.