Mieux respirer pour mieux vivre !

Face à l’urgence sanitaire et climatique, la Métropole du Grand Paris met en place, à partir du 1er juillet 2019, une Zone à Faibles Emissions (ZFE) à l’intérieur de l’A86. 


La qualité de l’air dans la Métropole du Grand Paris est une problématique de santé publique qui nous concerne tous. Les concentrations de particules fines et de dioxyde d’azote y dépassent régulièrement les seuils limites européens. Le dernier pic de pollution survenu en février dernier n’en est qu’une des nombreuses manifestations. Selon le sondage réalisé par l'agence de sondage COHDA en février 2019, 94 % des Métropolitains estiment la pollution atmosphérique comme étant un enjeu de santé important, 75 % sont favorables à la mise en place d’une ZFE, 72 % s’étant déclarés prêts à changer leurs habitudes de mobilité et 92 % d’entre eux demandent une action rapide des pouvoirs publics. En effet, l’agence Santé Publique France estime à 6 600 le nombre de décès prématurés liés à la pollution atmosphérique dans ce périmètre. Une étude menée par des chercheurs allemands dans l’European Heart Journal (revue de la Société européenne de Cardiologie) estime que la pollution de l’air tue beau-coup plus qu’on ne le pensait puisque, selon eux, 790 000 personnes en Europe meurent prématurément en raison de la pollution atmosphérique dont 70 600 en France. Dans ce contexte, 227 zones à faibles émissions ont été mises en place en Europe.

Les élus sont responsables, ils ne peuvent rester inactifs face à ce drame. À cet effet, le Conseil de la Métropole du Grand Paris a délibéré le 12 novembre 2018 pour mettre en place, à compter du 1er juillet 2019, une Zone à Faibles Emissions (ZFE) en commençant par les véhicules Crit’Air 5 et non classés quelle que soit leur motorisation. À la même date, la ville de Paris qui a déjà interdit les véhicules classés Crit’Air 5 depuis le 1er juillet 2017, passera à une interdiction pour les véhicules Crit’Air 4 et 5. À compter de 2021, les restrictions de Crit’Air seront harmonisées entre la Métropole et Paris (Crit’Air 4) de telle sorte qu'à ce moment les contraventions puissent être appliquées à ceux qui ne respectent pas la règlementation. Cette action s’inscrit dans le cadre du Plan Climat Air Energie Métropolitain voté à l’unanimité par le Conseil métropolitain en novembre 2018 sous l’impulsion de Daniel GUIRAUD, Vice-président délégué à la mise en œuvre de la Stratégie Environnementale. 

La mise en place de la Zone à Faibles Emissions (ZFE) métropolitaine s’inscrit dans une action et un calendrier progressifs qui implique une importante phase de communication et la création d’une plateforme numérique, à destination du grand public, qui sera opérationnelle dès la fin du mois d’avril afin de proposer les aides mises en place notamment en faveur des plus modestes par l’État et les différentes collectivités, y compris la Métropole, pour l’achat des véhicules propres, neufs ou d’occasion.
La Métropole a effectivement lancé depuis 2016 un dispositif Métropole roule propre ! qui permet aux Métropolitains de bénéficier d’une aide allant jusqu’à 5 000 € pour l’achat d’un véhicule neuf ou d’occasion ; électrique, hydrogène, hybride rechargeable ou GNV. D’autres pistes sont à l’étude avec le gouvernement pour financer le reste à payer par le biais par exemple de micro-crédit, ou de prêt à taux zéro. 

Je suis contre l'écologie contraignante, je suis pour l'écologie acceptée. C'est pour cela que tout est mis en œuvre afin de laisser du temps à la population pour apprendre, comprendre et accepter ces décisions si importantes. Dans le cadre de cette démarche, la Métropole a lancé le 1er avril une consultation publique à partir du lien suivant : https://zfe-planclimat-metropolegrandparis. jenparle.net/. Elle encourage tous les Métropolitains concernés par la qualité de l’air et la santé publique à s’exprimer afin d’agir en vue d’améliorer durable-ment la qualité de l’air.

Patrick OLLIER 
Maire de Rueil-Malmaison  
Président de la Métropole du Grand Paris