La Métropole du Grand Paris est compétente en matière de Gestion des Milieux Aquatiques et Prévention des Inondations (GEMAPI) depuis le 1er janvier 2018. Dès lors, elle a soutenu des projets d’envergure et a mis en place des actions concrètes grâce notamment  à l'implication de la Direction de l'Environnement, de l'Eau et du Climat, sous l'impulsion de Sylvain BERRIOS, Maire de Saint-Maur-des-Fossés, Vice Président à la Gestion des milieux aquatiques et à la Prévention des inondations.

L’objectif de cette compétence est de préserver et d'améliorer la qualité ainsi que le bon fonctionnement des milieux aquatiques. Elle vise aussi à protéger les personnes ainsi que les biens contre les inondations par des ouvrages (barrages, digues, murettes) ou par des aménagements d’hydraulique douce (renaturation des cours d’eau, zones d’expansion des crues, zones humides, …).

Dans ce cadre, la Métropole du Grand Paris s’est engagée dans différentes actions pour le bassin versant de la Seine dans l’objectif de restaurer des milieux aquatiques et d’entretenir des murs anticrue.

Des études ont été lancées pour mieux appréhender le système de protection notamment les digues et les ouvrages situés sur le territoire métropolitain ou en amont. 

Elle participe aujourd’hui au financement des études et des premières acquisitions foncières pour la réalisation du site pilote de la Bassée (convention de 5,2 millions d’euros sur 3 ans) destiné à protéger la Métropole des crues majeures. Ces travaux doivent être réalisés d'ici les Jeux Olympiques de 2024.

Des opérations concrètes ont été menées sur les affluents de la Seine et de la Marne, ainsi que sur d’autres rus ou cours d’eau. Une convention de financement avec le département de Val de Marne, par exemple, a permis de débloquer 2,4 millions d’euros sur 3 ans, pour la réouverture de la Bièvre. La Métropole accompagne également le projet de renaturation de la confluence de l’Yerres à Villeneuve-Saint-Georges et l’évolution du projet d’aménagement du Vallon du Sausset.

Pour contribuer à développer le lien entre urbanisme, aménagement, gestion de l’eau et adaptation au changement climatique, la Métropole s’est engagée dans la démarche d’ouverture de sites à la baignade.

Pour mettre en œuvre toutes ces actions et mener une politique de long terme, une taxe GEMAPI a été instituée. Le Conseil métropolitain du 28 septembre 2018 a adopté sa mise en place d'une manière très raisonnable : 0,007 % sur la taxe foncière, 0,010 % sur la taxe d'habitation et 0,11 % sur la cotisation foncière des entreprises. Le produit pour l'année 2019 a été fixé à 3 millions d’euros, afin de consolider un budget prévisionnel d'opérations de 19 millions d’euros.

C'est en pleine responsabilité et avec un grand volontarisme que la Métropole du Grand Paris porte cette compétence, et qu’elle souhaite la mettre au profit des communes et de l’ensemble des habitants en les sensibilisant à la vie des cours d’eau afin de les protéger au mieux contre les crues de nos fleuves !

Patrick OLLIER
Président de la Métropole du Grand Paris