Le Président de la Métropole du Grand Paris et le Président du Syndicat Intercommunal de la Périphérie de Paris pour les Energies et les Réseaux de Communication (SIPPEREC) ont lancé l’observatoire métropolitain du déploiement du très haut débit en présence du Vice-président délégué au Numérique et à la Métropole Intelligente.

Le Plan France Très Haut débit, initié en 2013, entre dans sa dernière phase de réalisation. L’objectif affiché par le Gouvernement est de couvrir l’intégralité de la Métropole en très haut débit d’ici 2022, c'est-à-dire proposer un accès à Internet performant à l'ensemble des logements, entreprises et administrations. Sur la majeure partie de l’espace métropolitain, les opérateurs privés sont chargés d’assurer les déploiements nécessaires à la tenue de cet objectif, notamment par l’installation de réseaux fibre optique jusqu’à l’abonné (FttH).

Depuis un an, les déploiements s’accélèrent, mais des disparités importantes subsistent. Tous les acteurs (opérateurs, État, collectivités) doivent donc se mobiliser afin d’atteindre cet objectif. Conscients de ces enjeux économiques, sociaux et sociétaux majeurs, le SIPPEREC et la Métropole du Grand Paris, dans le cadre de son Schéma Métropolitain d’Aménagement Numérique (SMAN) adopté à l’unanimité par le Conseil métropolitain du 21 juin 2019, ont lancé l’observatoire métropolitain du déploiement du très haut débit.

Cet observatoire du très haut débit sera en ligne dès le 30 octobre 2019. L’objectif est de fournir aux habitants, aux communes et aux territoires de la Métropole du Grand Paris une information synthétique sur la couverture fibre très haut débit.

Des cartes numériques dynamiques, actualisées tous les trois mois permettront de visualiser le déploiement du très haut débit à l’échelle métropolitaine, et prochainement jusqu’à l’adresse d’un particulier.

Outil de transparence, ouvert à tous, cet observatoire se veut pédagogique. Il a vocation à évoluer et à s’enrichir au fil du temps à partir des données de plus en plus complètes mises à disposition par l’ARCEP (réseaux câblés, autres technologies…). Il vise, d’une part, à accompagner les opérateurs et les collectivités dans la coordination de leurs actions, ainsi qu’à favoriser les coopérations constructives et, d’autre part, à mieux répondre aux interrogations des citoyens soucieux d’un aménagement numérique efficient et équilibré sur le territoire.

La Métropole se réjouit de la mise en place de cet outil, véritable levier d’action pour les communes et les territoires de son périmètre, et à terme pour l’ensemble des métropolitains. En effet, disposer d’infrastructure de communication de qualité et accessibles à tous constitue un prérequis aux développements des nouveaux usages numériques. La Métropole s’engage au côté du SIPPEREC pour mettre en avant cet observatoire et ses résultats, en vue d’en poursuivre le développement.