Plan de Prévention du Bruit dans l’Environnement

La Métropole du Grand Paris se mobilise contre les nuisances sonores.

Le 28 juin 2018, lors du Conseil métropolitain, la Métropole du Grand Paris a approuvé ses cartes stratégiques du bruit et a décidé de lancer l’élaboration de son Plan de Prévention du Bruit dans l’Environnement (PPBE) qui regroupe les actions mises en œuvre pour améliorer la qualité de l’environnement sonore.

A partir de l’analyse fine des cartes de bruit arrêtées, Bruitparif a réalisé un diagnostic acoustique à l’échelle de la Métropole du Grand Paris. Il constitue la première étape du PPBE métropolitain. Ce travail a permis d’obtenir une hiérarchisation des zones à enjeux prioritaires, d’identifier les acteurs impliqués (communes, établissements publics, gestionnaires de transports et de voirie) et déterminer les actions prioritaires à engager.

Le PPBE Métropolitain, comprendra notamment : une synthèse des résultats de la cartographie du bruit ; les objectifs de réduction du bruit dans les zones exposées à un bruit dépassant les valeurs limites ; les mesures visant à prévenir ou réduire le bruit dans l'environnement arrêtées au cours des dix années précédentes et prévues pour les cinq années à venir par les autorités compétentes et les gestionnaires des infrastructures ; une estimation de la diminution du nombre de personnes exposées au bruit à l'issue de la mise en œuvre des mesures prévues.

Le calendrier de mise en place du PPBE : 

- 1er trimestre 2019 : rédaction du projet de PPBE,  

- 2ème trimestre 2019 : arrêt du projet de PPBE par le Conseil Métropolitain,  

- 3ème trimestre 2019 : consultation publique,  

- Avant fin 2019 : approbation du PPBE métropolitain.

 Des actions concrètes

La Métropole du Grand Paris poursuit en parallèle son accompagnement sur les projets locaux permettant de protéger les populations du bruit. 

Depuis le 1er janvier 2018, elle finance directement des projets de résorption du bruit tels que :

  • Résorption de points noirs du bruit ferroviaire à Vanves-Malakoff (financement de 25 % de l’opération  soit 2,78 M€) ;
  • Résorption de points noirs du bruit par la mise en place d’écrans acoustiques à Bagnolet (subvention de 300 000 € à Est Ensemble) ;
  • Construction d’un mur anti-bruit dans la cité Paul-Eluard à Saint-Denis pour protéger 300 logements (réservation de 866 220 € de crédits du Fonds de soutien à l’investissement local au titre du Pacte Métropolitain d’Innovation et financement de 776 208 € courants au titre de sa compétence bruit).