Tenez-vous informé des dernières évolutions de la crise sanitaire liée à la Covid-19.

Point de situation sur la Covid-19 [Mis à jour le 25/02/21]

A l’initiative du Préfet de la région Ile-de-France et du Directeur général de l’ARS, un « Point de situation COVID-19 » a été organisé aujourd’hui. Il s’est tenu en présence d’élus de la région, de la Métropole (représentée par Ludovic TORO), des départements, de la ville de Paris et des chambres consulaires.

Plusieurs informations sur la situation sanitaire, à date du 25 février, ont été communiquées et nous souhaitons vous en faire part :

Point épidémiologique :

  •  Situation qui se dégrade très nettement depuis une semaine.
  • Taux d’incidence est passé de 240 pour 100 000 à plus de 300 en une semaine, taux atteint pour la première fois depuis très longtemps.
  • En 7 jours cela correspond à une hausse de plus de 26% du taux d’incidence alors que jusqu’alors on constatait un plateau légèrement haussier.
  • L’augmentation de la circulation virale touche tous les départements de la Région.
  • 5 départements ont des taux d’incidence supérieurs à 300 pour 100 000 (Paris, la Seine-et-Marne, la Seine-Saint-Denis, le Val-de-Marne et le Val d’Oise).
  • Tous sont au-dessus des 250 pour 100 000 de taux d’incidence.
  • La situation se dégrade donc de manière élevée et homogène en notant que le département de la Seine-Saint-Denis atteint des niveaux particulièrement hauts, avec un taux d’incidence à plus de 344 pour 100 000.
  • Le nombre de tests réalisés n’augmente pas, donc cette circulation plus forte constatée ne s’explique pas par le nombre de tests puisqu’il est même en légère baisse (473 000 cette semaine, contre 490 000 la semaine dernière).  
  • Le taux de positivité augmente également de manière très significative, plus 2.2 points en une semaine, à 7.7%. Il augmente partout, dans tous les départements, entre 1.3 points de plus à Paris et 3.6 points de plus en Seine-Saint-Denis.
  • L’incidence chez les personnes âgées augmente de 45 points à l’échelle régionale, elle passe de 200 à 245 pour 100 000 mais augmente très fortement en SSD passe de 230 à 361. Ce sont des données qui préoccupent fortement l’ARS.

Situation à l’hôpital :

  • ​​​​​​​Cette circulation virale en hausse inquiète car la situation se tend aussi fortement à l’hôpital.
  • ​​​​​​​On constate des entrées beaucoup plus soutenues que la semaine passée, notamment en réanimation.
  • La barre des 800 patients en réanimation est franchie.
  • Le taux d’occupation en réanimation est désormais de l’ordre de 72% (on était entre 60% et 65% ces dernières semaines).
  • La tension se fait beaucoup plus forte et s’accroit. Inquiétudes car on craint un « effet retard » et que cette tension s’amplifie encore dans les 15 jours alors même que les activités hors Covid sont déjà très soutenues.
  • Passage au 2nd palier de la déprogrammation dans tous les établissements de santé de la Région, pour atteindre une capacité de lits disponibles en réanimation au-delà de 1100 lits d’ici à la fin de la semaine.

Variants :

  • Les souches variantes font plus que s’installer puisqu’elles sont désormais majoritaires.
  • Le taux de criblage des tests est au-delà de 60%.
  • 61% des tests positifs révèlent la présence d’un variant.
  • Le variant britannique est identifié dans 54% des cas positifs, le sud-africain dans 6.5%.

*****

Vaccination :

  • 374 000 personnes ont reçu une première dose, 194 000 la seconde :
  • - 168 000 personnes ont reçu une première injection en centre de vaccination, 73 000 pour la seconde,

  • - 70 000 personnes ont reçu une première injection en EHPAD, 44 000 pour la seconde,

  • - 97 000 personnes ont reçu une première injection en établissement de santé, 54 000 pour la seconde

  • A partir d’aujourd’hui se déploie en ville la vaccination des 50-64 ans avec le vaccin AstraZeneca, chaque médecin volontaire a reçu un flacon de 10 doses.

  • Poursuite des opérations « aller-vers » avec plus de 8 000 doses consacrées à cette stratégie cette semaine pour les personnes âgées en résidence autonomie, celles isolées à domicile ou en foyer… puis ensuite 10 000 doses par semaine.

  *****

 Questions de Ludovic TORO pour la Métropole du Grand Paris :

Considérant le taux de couverture vaccinale faible en Seine-Saint-Denis, et les taux d’incidence élevés observés dans ce département, est-il prévu de le doter de vaccins supplémentaires les départements les plus touchés, comme le 93 ? Mesure décidée dans d'autres territoires Français particulièrement exposés.

Réponse de l’ARS : Oui, compte tenu de la situation actuelle particulièrement dégradée. Des allocations complémentaires sont prévues, les modalités de mise en œuvre et de déploiement de ces nouvelles doses seront précisées très prochainement.

Est-ce que l’ARS et les services de santé régionaux conseillent un confinement ponctuel pour la SSD et pour la Région Ile-de-France, les taux étant très élevés comme en Moselle, à Dunkerque ou dans les Alpes-Maritimes ?

Réponse de l’ARS : L’ARS n’est pas compétente pour prendre de telles décisions qui sont prises à un autre niveau. La situation est néanmoins qualifiée d’extrêmement préoccupante s’agissant de la circulation virale. La conférence de presse du Premier Ministre devrait apporter des précisions sur le sujet dans quelques heures et sur la perspective de mesures complémentaires.

Est-on en coopération maximale avec les hôpitaux privés pour dégager des marges et des capacités d’accueil pour les patients Covid positifs et les lits de réanimation ?

Réponse de l’ARS : Oui, dans notre Région le public et le privé (lucratif comme non lucratif) travaillent main dans la main, depuis le début, ce fut déjà le cas en première et en deuxième vague. Des objectifs leurs ont été fixés pour venir en soutien du public, notamment dans le cadre du 2nd pallier de déprogrammation. L’ARS souligne un fonctionnement en bon intelligence de l’ensemble du tissu hospitalier dans notre Région, quel que soit son statut.

Covid


Centres de dépistage 

Les tests de dépistage du Covid-19 par voie nasale (tests PCR) peuvent être faits sans symptômes, sans ordonnance et sont remboursés.

En rouge : centres de diagnostic et de dépistage prioritaires.
En gris : centres de diagnostic et de dépistage.

Centres de vaccination

Commission Santé et solidarités de la Métropole du Grand Paris

La commission « Santé et solidarités » de la Métropole a été installée le 14 octobre 2020. Cette commission présidée par Ludovic TORO, Maire de Coubron, Président de l’Observatoire régional de la santé (ORS), sera l’instance de suivi de la lutte contre l’épidémie de la COVID-19 et s’inscrit comme force de proposition pour la coordination, l’organisation et l’accompagnement des 131 communes de la Métropole face à la crise sanitaire.

Commission santé
Patrick OLLIER et Ludovic TORO durant la Commission Santé et solidarités du 14 octobre 2020.


Plusieurs politiques publiques mises en oeuvre par la Métropole concourent directement ou indirectement à l’amélioration de la santé des habitants. Les documents de planification, et notamment le Schéma de Cohérence Territoriale (SCoT), le Plan Climat Air Énergie Métropolitain (PCAEM) ou encore le Plan Métropolitain de l’Habitat et de l’Hébergement (PMHH), prennent en compte ces enjeux en matière d’aménagement et d’urbanisme, de logement ou d’alimentation. L’ensemble des actions de la Métropole visant à réduire la pollution atmosphérique ou le bruit dans l’environnement, favoriser les mobilités actives et une alimentation de qualité, participent à l’augmentation de l’espérance de vie, à la réduction des inégalités sociales ou territoriales et à l’amélioration de la santé des habitants.