Tenez-vous informé des dernières évolutions de la crise sanitaire liée à la Covid-19.

Point de situation sur la Covid-19

A l’initiative du Préfet de la région Ile-de-France et de la Directrice générale de l’ARS, un « Point de situation COVID-19 » a été organisé le lundi 4 juillet.

Il s’est tenu en présence d’élus des différentes collectivités, la Métropole étant représentée par Ludovic TORO, et des représentants des chambres consulaires.

Plusieurs informations sur la situation sanitaire, à date du 4 juillet, ont été communiquées et nous souhaitons vous en faire part.

Point épidémiologique par l’Agence Régionale de Santé d’Ile de France :

  • Après plusieurs semaines de baisse, on constate une dégradation de la situation depuis le début du mois de juin. Les taux sont orientés à la hausse et tout laisse à penser que le pic n’est pas atteint.
  • Le choix a été fait à ce stade par le Gouvernement de ne pas prendre de mesures réglementaires mais surtout de privilégier et augmenter les messages de prévention tout en poursuivant et accélérant la stratégie vaccinale pour les plus fragiles.
  • Le nombre de personnes ayant reçu le 2nd rappel, parmi la population éligible, est encore trop faible.
  • L’ARS souligne la nécessite d’appeler à l’exemplarité sur les gestes barrière, l’aération des lieux clos, le lavage des mains et le port du masque.

Situation hospitalière :

  • On est en phase d’accélération de l’incidence en Ile de France. Le taux de positivité très haut.
  • Le seuil de 1 100 cas pour 100 000 a été franchi ce week-end, majoritairement des sous-lignages BA.4 et BA.5.
  • En mars on comptabilisait 24 000 cas par jour. On est à 19 000 cas par jour à l’heure actuelle, en progression encore continue.
  • Pour la 1ère fois depuis novembre 2020 les plus de 70 ans ont un taux d’incidence supérieur à la moyenne.
  • Le pic de la vague pourrait intervenir fin juillet. Le pic hospitalier, lui, pourrait advenir au cours de la première quinzaine d’aout.
  • Pour l’instant, aucune inquiétude ne pèse sur la filière de soins critiques.
  • On a observé une reprise de l’activité non Covid résultant des retards de prise en charge. Des tensions majeures sur les ressources humaines existent toujours.
  • La situation est difficile sur toute la Région Ile de France mais plus particulièrement en Seine-Saint-Denis, dans le Val d’Oise et dans le nord des Hauts de Seine.

Vaccination :

  • Les ¾ de la population francilienne disposent d’un 1er schéma vaccinal complet.
  • La dynamique de rappel doit néanmoins être amplifiée chez les plus fragiles. Il faut un effet accélérateur.
  • Outre la vaccination, l’ARS rappelle qu’il existe désormais des traitements, notamment les anticorps monoclonaux. Il faut se tourner vers les professionnels de santé pour savoir si ces traitements peuvent être bénéfiques en fonction des situations.

La Directrice Générale évoque le rapport de François BRAUN, avec un plan ciblé sur 3 mois, et dont les 41 recommandations ont été retenues par le Gouvernement.

Celles-ci s’articulent autour de 4 principaux axes d’action :

  • en amont tout faire pour développer les parcours de soins évitant les urgences,
  • s’assurer de la réponse aux urgences vitales dans les établissements,
  • soutenir et préserver les équipes de médecine d’urgence,
  • assurer le succès de l’aval (le suivi de l’hospitalisation).

Centres de dépistage

En rouge : centres de diagnostic et de dépistage prioritaires.
En gris : centres de diagnostic et de dépistage.

Centres de vaccination

Commission Santé et solidarités de la Métropole du Grand Paris

La commission « Santé et solidarités » de la Métropole a été installée le 14 octobre 2020. Cette commission présidée par Ludovic TORO, Maire de Coubron, Président de l’Observatoire régional de la santé (ORS), sera l’instance de suivi de la lutte contre l’épidémie de la COVID-19 et s’inscrit comme force de proposition pour la coordination, l’organisation et l’accompagnement des 131 communes de la Métropole face à la crise sanitaire.

Commission santé
Patrick OLLIER et Ludovic TORO durant la Commission Santé et solidarités du 14 octobre 2020.

 


Plusieurs politiques publiques mises en oeuvre par la Métropole concourent directement ou indirectement à l’amélioration de la santé des habitants. Les documents de planification, et notamment le Schéma de Cohérence Territoriale (SCoT), le Plan Climat Air Énergie Métropolitain (PCAEM) ou encore le Plan Métropolitain de l’Habitat et de l’Hébergement (PMHH), prennent en compte ces enjeux en matière d’aménagement et d’urbanisme, de logement ou d’alimentation. L’ensemble des actions de la Métropole visant à réduire la pollution atmosphérique ou le bruit dans l’environnement, favoriser les mobilités actives et une alimentation de qualité, participent à l’augmentation de l’espérance de vie, à la réduction des inégalités sociales ou territoriales et à l’amélioration de la santé des habitants.