Tenez-vous informé des dernières évolutions de la crise sanitaire liée à la Covid-19.

Point de situation sur la Covid-19 [Mis à jour le 29/07/21]

A l’initiative du Préfet de la région Ile-de-France et du Directeur général de l’ARS, un « Point de situation COVID-19 » a été organisé aujourd’hui.

Il s’est tenu en présence d’élus de la région, de la Métropole (représentée par Ludovic TORO), des départements, de la ville de Paris et des chambres consulaires.

Plusieurs informations sur la situation sanitaire, à date du 29 juillet, ont été communiquées et nous souhaitons vous en faire part :

Point épidémiologique Préfet de Région et ARS / AURELIEN ROUSSEAU- Directeur Général de l’Agence Régionale de Santé d’Ile de France.

  • L'Île-de-France n'est pas à ce jour la région la plus touchée en terme de contaminations.

  • Le variant Delta est présent et dominant dans 95 % des cas.

  • Le taux d’incidence régional s’établit à 187 pour 100 000. La croissance de ce taux s’explique essentiellement par la hausse du nombre de tests réalisés ces derniers jours.

  • Paris est le département où le taux d’incidence est le plus élevé notamment dans les populations les plus jeunes.

  • Le taux de positivité est stable à 3%.

  • L’élargissement du Pass Sanitaire aboutit à une hausse du nombre de tests.

  • 860 000 tests ont été effectués cette semaine, ce qui représente 230 000 tests supplémentaires par rapport à la semaine dernière.

  • Ceux-ci sont essentiellement des tests antigéniques réalisés dans les pharmacies.

  • Face à cette augmentation, l’ARS va demander aux pharmaciens d’accroître l’offre de tests (en augmentant notamment les tarifs des tests le dimanche).

  • L’enjeu étant de pouvant répondre à cette demande croissante de tests par la population.

Situation hospitalière :

  • La situation hospitalière se dégrade légèrement.

  • On a enregistré 15 entrées en réanimation. Quant aux hospitalisations conventionnelles, elles se stabilisent.

  • Des statistiques ont été réalisées par rapport aux personnes actuellement hospitalisée
  • 85 % de ces dernières ne sont pas vaccinées ;

  • 8 % de celles-ci n’ont reçu qu’une injection ;

  • 7 % ont un parcours vaccinal complet.

  • Pour l’ARS, les données, ci-dessus, signifient que si nous sommes dans une quatrième vague épidémique, ce n’est pas encore une vague hospitalière. De plus, elle estime que si vague hospitalière il y avait, elle toucherait essentiellement les personnes qui ne sont pas vaccinées.

Vaccination :

  • Nous avons passé cette semaine le cap des 12,5 millions d’injections. Il y a donc eu autant de doses injectées en Ile-de-France que d’habitants dans notre Région.

  • Un nombre record de vaccinations a été enregistré cette semaine, avec un total de 886 000 injections. Celles-ci ont été essentiellement effectuées dans les centres de vaccination déployés sur tout le territoire francilien.

  • L’ARS mentionne une réelle augmentation du nombre d’injections avec le vaccin Moderna notamment chez les médecins de ville et les pharmaciens.

  • Pour les deux semaines à venir, les allocations seront encore conséquentes :

  • Pour la semaine du 26 juillet, l’allocation est de 800 000 doses ;

  • Pour la semaine du 2 aout, l’allocation sera de 700 000 doses.

  • Depuis l’allocation du Président de la République, il a été constaté une forte augmentation de la demande de vaccination.

  • Désormais, il faut 4 jours pour avoir un rendez-vous et pouvoir être vacciné.

  • L’ARS travaille actuellement sur deux gros dossiers :

  • Celui visant à préparer la rentrée scolaire et notamment établir les modalités pour la vaccination des enfants de plus de 12 ans ;

  • L’autre étant la nécessité de poursuivre les opérations « aller vers » alors que la contrainte des ressources humaines est importante compte de la période estivale.

Questions de Ludovic TORO pour la Métropole du Grand Paris :

Avant de poser ses questions et alors que Monsieur Aurélien ROUSSEAU a annoncé son départ du poste de Directeur Général de l’ARS vers d’autres fonctions, Monsieur Ludovic TORO tient à saluer le travail de ce dernier et à lui signifier qu’il a brillamment accompli ses missions .

Ludovic TORO : Confirmez-vous qu’il n’est pas ou plus possible de commander de l’AstraZeneca pour les pharmaciens et les médecins de ville ?

Réponse de l’ARS : L’ARS n’est pas en mesure de répondre à cette interrogation. Elle va rassembler les éléments de réponse et ne manquera pas de revenir vers Monsieur le Préfet de Région et Monsieur Ludovic TORO.

Ludovic TORO : Concernant les 7 % de personnes vaccinées et qui sont actuellement hospitalisées, êtes-vous en mesure de nous indiquer les caractéristiques particulières de ces patients ou établir un profil particulier ?

Réponse de l’ARS : L’ARS précise que sont essentiellement des personnes à risques ou très âgées sur lesquelles l’immunité dure moins longtemps avec des facteurs importants de co morbidité. 

Ludovic TORO : Le Ministre BLANQUER a annoncé qu’un collège ou un lycée sur deux accueillerait un centre de vaccination. Or, il semblerait, d'après vos propos préliminaires, que ce serait les élèves qui iraient plutôt vers les centres de vaccination. Qu’en-est-il ?
Par ailleurs, a-t-on les indications des moyens humains et financiers qui seront alloués à la mise en place de ces vaccinations.

Réponse de l’ARS : L’ARS souligne que la circulaire ministérielle plaide pour l’implantation d’équipes mobiles dans les établissements scolaires. Cependant, elle affirme également que ces mesures sont à l’étude et qu’il est probable que certains collèges et lycées seront bien dotés d’un centre de vaccination et d’équipes mobiles mais qu’en revanche, il est aussi possible que certains élèves soient dirigés vers des centres de vaccination. La décision dépendra souvent de l’implantation géographique de l’établissement scolaire. Si par exemple, celui-ci se trouve à proximité d’un centre de vaccination, il apparait souhaitable que les élèves soient dirigés vers ce dernier. Et serait aussi dépendant des moyens alloués à la mise en place de ces vaccinations.

Ce qui fait dire à Monsieur Ludovic TORO, qu’il est important que le Conseil Régional et les Conseils Départementaux soient associés à la réflexion en cours quant à la vaccination des lycéens et des collégiens.

 

Centres de dépistage 

Les tests de dépistage du Covid-19 par voie nasale (tests PCR) peuvent être faits sans symptômes, sans ordonnance et sont remboursés.

En rouge : centres de diagnostic et de dépistage prioritaires.
En gris : centres de diagnostic et de dépistage.

Centres de vaccination

Commission Santé et solidarités de la Métropole du Grand Paris

La commission « Santé et solidarités » de la Métropole a été installée le 14 octobre 2020. Cette commission présidée par Ludovic TORO, Maire de Coubron, Président de l’Observatoire régional de la santé (ORS), sera l’instance de suivi de la lutte contre l’épidémie de la COVID-19 et s’inscrit comme force de proposition pour la coordination, l’organisation et l’accompagnement des 131 communes de la Métropole face à la crise sanitaire.

Commission santé
Patrick OLLIER et Ludovic TORO durant la Commission Santé et solidarités du 14 octobre 2020.


Plusieurs politiques publiques mises en oeuvre par la Métropole concourent directement ou indirectement à l’amélioration de la santé des habitants. Les documents de planification, et notamment le Schéma de Cohérence Territoriale (SCoT), le Plan Climat Air Énergie Métropolitain (PCAEM) ou encore le Plan Métropolitain de l’Habitat et de l’Hébergement (PMHH), prennent en compte ces enjeux en matière d’aménagement et d’urbanisme, de logement ou d’alimentation. L’ensemble des actions de la Métropole visant à réduire la pollution atmosphérique ou le bruit dans l’environnement, favoriser les mobilités actives et une alimentation de qualité, participent à l’augmentation de l’espérance de vie, à la réduction des inégalités sociales ou territoriales et à l’amélioration de la santé des habitants.