Tenez-vous informé des dernières évolutions de la crise sanitaire liée à la Covid-19.

Point de situation sur la Covid-19

A l’initiative du Préfet de la région Ile-de-France et du Directeur général de l’ARS, un « Point de situation COVID-19 » a été organisé aujourd’hui.

Plusieurs informations sur la situation sanitaire, à date du 7 octobre, ont été communiquées et nous souhaitons vous en faire part :

Point épidémiologique ARS / Yan DEBOS – Directeur de Cabinet de l’Agence Régionale de Santé d’Ile de France :

• La baisse du taux d’incidence se poursuit mais de façon moins forte que les semaines passées. On observe potentiellement un début de stabilisation.

• Ce taux est de 65 pour 100 000 sur les 7 derniers jours.

• Le taux de positivité est également stable à 1.1%.

• On constate un peu moins de 800 nouvelles contaminations par jour.

• Le volume de tests, lui aussi, est stable, légèrement en dessous de 800 000 par semaine.

• Le taux d’incidence par département au niveau de la région :

-  a été inférieur à 50 pour 100 000 pendant 4 jours dans le département de Seine et Marne (il doit cependant l’être pendant plus de 5 jours pour que l’obligation du port du masque dans le 1er degré soit levée),

- il est compris entre 50 et 60 dans les Hauts de Seine et l’Essonne,

- ce taux est situé entre 60 et 70 dans les autres départements franciliens.

 Situation hospitalière :

• La situation à l’hôpital continue de s’améliorer.

• On comptabilise moins de 300 personnes hospitalisées pour Covid en réanimation, et 579 en hospitalisation complète.

• La baisse se poursuit donc mais elle est néanmoins plus faible que les semaines précédentes.

Vaccination :

• En Ile-de-France, 16 700 000 doses ont été injectées à ce jour (plus de 9 millions de franciliens ont reçu au moins une dose, et 7.5 millions en ont reçu 2 ou 3).

• 85% de la population éligible en Ile de France a reçu au moins 1 injection et 82% présente un schéma vaccinal complet (contre 89% au plan national ayant reçu au moins 1 injection et 86% présentant un parcours vaccinal complet).

• Le nombre d’injections continue de diminuer, de 140 000 il y a 2 semaines, à 120 000 la semaine dernière, alors que l’on devrait cette semaine se situer aux alentours de 100 000.

• Sur la région il reste 1.6 million de personnes qui n’ont reçu aucune injection.

• Sur les 12-17 ans, 60% ont reçu une injection et 54% présentent un schéma vaccinal complet.

• Des réflexions sont conduites sur le maillage des centres de vaccination compte tenu de la baisse du volume du nombre des injections, et considérant par ailleurs le passage de plus en plus important de la vaccination par la médecine de ville, les pharmaciens etc.

• La Haute Autorité de Santé a rendu son avis sur les rappels et a indiqué, hier, être favorable au rappel pour les soignants (soit 300 000 personnes en Ile de France) et pour l’entourage des personnes immunodéprimées (soit 100 000 environ dans la région).

• A ce jour, sur l’Ile de France, 800 000 personnes sont susceptibles de recevoir une 3ème injection. Seulement 160 000 personnes ont réalisé cette démarche.

• S’agissant de l’obligation vaccinale, peu de changement par rapport à la semaine passée. Sur les professionnels de santé libéraux, on est légèrement au-dessus des 2 000 personnes ne s’étant pas faites vacciner. L’envoi de courriers à hauteur de 150 par semaine se poursuit (sur les premières vagues de courriers adressés, 1/3 des professionnels de santé se sont mis en conformité).

• A ce jour, aucune suspension n’a été prononcée pour les libéraux.

Questions de Ludovic TORO pour la Métropole du Grand Paris :

Ludovic TORO : Bientôt les tests antigéniques et PCR ne seront plus remboursés, sauf sur prescription médicale. Confirmez-vous que la prescription porte bien uniquement sur les tests PCR et pas sur les antigéniques ?

Réponse de l’ARS : Oui c’est bien cela. On s’attend d’ailleurs à une baisse relativement importante du nombre des dépistages et un report des tests antigéniques vers les PCR.

Ludovic TORO : La fin de la prise en charge des tests PCR et antigéniques pour les personnes non vaccinées entrainera, de facto, une baisse du nombre de tests réalisés. Comment pourra-t-on, alors, évaluer l'évolution de cette pandémie basée aujourd hui sur le taux d’incidence ?

Réponse ARS : En effet, ce taux n’offrira pas la même rigueur en termes d'indicateur de progression de cette maladie.

Ludovic TORO :  S’agissant de la suspension des libéraux, confirmez-vous qu’à ce jour aucun personnel libéral n’a été suspendu et que les contrôles jusqu’à lors se sont limités à des croisements de fichiers ?

Réponse de l’ARS : Exactement, seuls des croisements de fichiers ont eu lieu qui conduisent à l’envoi de 150 courriers par semaine aux professionnels de santé libéraux identifiés comme non vaccinés.

Ludovic TORO : Pfizer aurait augmenté le prix de son vaccin. Pourriez-vous m’indiquer, à l’occasion de notre prochaine audioconférence, son prix initial et l’augmentation ainsi subie ? A-t-on connu le même phénomène avec le vaccin Moderna ?

Réponse de l’ARS : L’ARS se renseigne et apportera sa réponse lors du prochain échange.

Rectorat :

Paris :

• Vaccination des 12-17 ans sur l’académie de Paris : 66% ont reçu une dose, 59% présentent un schéma vaccinal complet.

• On comptabilise, au 04 octobre, 4 000 vaccinations via le système éducatif sur l’académie de Paris. Un comité de vaccination des 12-17 ans a eu lieu entre l’ARS, la Ville de Paris et le Rectorat.

• 44 000 parisiens de 12-17 ans ne sont pas encore, à ce jour, engagés dans la vaccination.

Créteil :

• Vaccination des 12-17 ans sur l’académie de Créteil : 63% ont reçu une dose, 55% présentent un schéma vaccinal complet.

• Les chiffres sont en amélioration, le rectorat indique tabler sur moins de 100 classes fermées à la fin de la semaine.

• Quasiment 100% des établissements se sont vu proposer la vaccination.

• On constate une augmentation du déploiement des tests à hauteur d’une capacité de 45 000. Le rectorat indique toutefois n’en réaliser que 20 000.

Versailles :

• Vaccination des 12-17 ans sur l’académie de Versailles : 73% ont reçu une dose, 70% présentent un schéma vaccinal complet.

• 95% des établissements se sont vu proposer la vaccination.

• Le rectorat fait par du début d’une expérimentation la semaine prochaine de tests réactifs dans le 1er degré (test de l’ensemble des enfants de la classe et des contacts à risque de l’école dès le premier cas pour permettre de ne pas fermer la classe).

• 162 classes sont fermées sur l’académie, chiffre en baisse.

 

Centres de dépistage

Les tests de dépistage du Covid-19 par voie nasale (tests PCR) peuvent être faits sans symptômes, sans ordonnance et sont remboursés.

En rouge : centres de diagnostic et de dépistage prioritaires.
En gris : centres de diagnostic et de dépistage.

Centres de vaccination

Commission Santé et solidarités de la Métropole du Grand Paris

La commission « Santé et solidarités » de la Métropole a été installée le 14 octobre 2020. Cette commission présidée par Ludovic TORO, Maire de Coubron, Président de l’Observatoire régional de la santé (ORS), sera l’instance de suivi de la lutte contre l’épidémie de la COVID-19 et s’inscrit comme force de proposition pour la coordination, l’organisation et l’accompagnement des 131 communes de la Métropole face à la crise sanitaire.

Commission santé
Patrick OLLIER et Ludovic TORO durant la Commission Santé et solidarités du 14 octobre 2020.

 


Plusieurs politiques publiques mises en oeuvre par la Métropole concourent directement ou indirectement à l’amélioration de la santé des habitants. Les documents de planification, et notamment le Schéma de Cohérence Territoriale (SCoT), le Plan Climat Air Énergie Métropolitain (PCAEM) ou encore le Plan Métropolitain de l’Habitat et de l’Hébergement (PMHH), prennent en compte ces enjeux en matière d’aménagement et d’urbanisme, de logement ou d’alimentation. L’ensemble des actions de la Métropole visant à réduire la pollution atmosphérique ou le bruit dans l’environnement, favoriser les mobilités actives et une alimentation de qualité, participent à l’augmentation de l’espérance de vie, à la réduction des inégalités sociales ou territoriales et à l’amélioration de la santé des habitants.